Academia Română şi… ghilimelele

Posté par Constanta-Ecaterina Naidin le 7 mai 2011

Am în faţă un exemplar al Îndreptarului ortografic, ortoepic şi de punctuaţie, ediţia a V-a, apărut sub egida Academiei Române în 1995 la editura Univers Enciclopedic, lucrare de referinţă pentru punctuaţia limbii române, aşa cum vedem precizat chiar pe site-ul Academiei în articolul „Punctuaţia limbii române. I. Ghilimelele”.

L-am deschis pentru a mă lămuri în legătură cu două cazuri concrete de folosire a ghilimelelor: titlurile articolelor şi numele instituţiilor. Spre dezamăgirea mea, nu am găsit deloc un răspuns mulţumitor, ba chiar am sesizat unele contradicţii de-a dreptul bizare pentru nivelul ştiinţific al instituţiei.

În ce priveşte titlurile, corpul lucrării face, în cuprinsul paragrafului 273, o singură menţiune privitoare la „titlurile operelor literare, artistice, ştiinţifice şi ale publicaţiilor”, anume că acestea pot fi puse între „semnele citării” – sintagma folosită pentru ghilimele – „atunci când aceste titluri sunt folosite într-o frază”. Vagă şi incompletă, dată fiind varietatea titlurilor şi a ocurenţelor lingvistice în care acestea pot să apară (titlul unei poezii în vecinătatea titlului volumului din care face parte sau cel al unui capitol dintr-o lucrare în acelaşi context cu titlul acelei lucrări într-o referinţă bibliografică, titlul scris de mână şi titlul scris cu ajutorul unui program computerizat de editare etc.), această recomandare este contrazisă de modul în care apare citat titlul Îndreptarului în corpul articolului mai sus amintit, respectiv fără ghilimele, doar prin scrierea sa cu caractere italice. Este modalitatea de scriere pe care eu însămi am adoptat-o, fiind mai apropiată de cea franceză unde scrierea cu ghilimele a titlului unei lucrări apare doar în textele scrise de mână, scrierea computerizată păstrând ghilimelele pentru titlul unei părţi dintr-o lucrare mai mare, în contexte bine definite. Oricum, alta este situaţia textelor franceze a căror scriere, olografă, mecanică sau computerizată, este strict reglementată prin intermediul unor lucrări cu caracter oficial, elaborate şi actualizate chiar de către Academia Franceză. Lipsa preocupării Academiei Române pentru modul de scriere computerizată în limba română este de neînţeles în condiţiile în care evoluţia rapidă a noilor tehnologii a condus la o adevărată democratizare a folosirii acestora.

Cât despre scrierea cu sau fără ghilimele a numelor de instituţii, niciunul dintre paragrafele referitoare la ghilimele din cuprinsul Îndreptarului nu conţine vreo informaţie în acest sens. Concluzia firească ar fi că numele acestor instituţii nu se scriu între ghilimele, mai ales în cazul scrierii mecanice sau computerizate, aşa cum se întâmplă în limbile franceză sau engleză, ca să le luăm doar pe cele mai cunoscute. Cu toate acestea, publicaţiile româneşti, documentele oficiale abundă în grafii de genul Liceul „Mihai Eminescu” sau Şcoala „Tudor Vladimirescu”, le-am scris la întâmplare, fără a face vreo trimitere anume. Doar universităţile sunt ceva mai circumspecte şi nu folosesc întotdeauna ghilimelele atunci când îsi „declară” în scris numele. Aceste ghilimele sunt redundante, rolul lor de punere în evidenţă în textul scris de mână este anulat de varietatea procedeelor pe care le oferă în acest sens un program computerizat de editare. Dar, ca să ne bage de tot în ceaţă, Academia Română nu suflă o vorbă despre ghilimelele numelor de instituţii, însă ne dă, pe copertă, un exemplu năucitor: INSTITUTUL DE LINGVISTICĂ APLICATĂ „IORGU IORDAN“. Lăsând la o parte faptul că niciun institut lingvistic din lumea asta, cu puţin respect pentru ştiinţa numită Lingvistică, nu şi-ar scrie numele folosind şi majuscule şi ghilimele, luaţi şi admiraţi ghilimelele: acestea nu sunt de tipul „99…99”, aşa cum tocmai ne-au fost recomandate de chiar distinsul Îndreptar ce poartă această copertă, ci de tipul „99…66”, adică aşa cum zice chiar articolul de pe site-ul Academiei să nu facem.

Publié dans A scrie şi… a şti să scrii | Pas de Commentaire »

Dictionnaire roumain-français en ligne — un instrument fiable ?

Posté par Constanta-Ecaterina Naidin le 2 mai 2011

Il y a quelques mois, pendant un débat télévisé, un animateur qui parlait du zèle d’un certain ministre, qui voulait établir le montant de l’allocation d’aide sociale en fonction, entre autres, du nombre de volailles qu’un éventuel bénéficiaire aurait pu compter dans sa basse‑cour, s’est amusé en tombant sur le mot « bibilică ». Pour je ne sais quelle raison il a voulu savoir le correspondant de ce mot en français.

 Non, ce n’était pas Mircea Badea, vous connaissez, cet animateur qui parsème son discours de l’inimitable « qu’est-ce que c’est ça ? » et que j’aime tant, non seulement parce qu’il a fait une superbe présentation du succès de mes élèves au concours Olyfran, mais bien plus parce que, parmi tant d’adeptes des anglicismes savamment insérés dans n’importe quel type de communication, lui, il ne cesse d’affirmer sa francophonie, dans son style unique, plein d’humour et d’ironie sur tout ce qu’il analyse de sa « petite table ». Il est dans ma conviction que cet homme de télévision fait la plus grande publicité pour l’étude du français en Roumanie, en éclipsant les efforts de la pléthore des fonctionnaires qui œuvrent dans ce sens. Ça y est, je me devais depuis longtemps cette marque de reconnaissance pour celui qui a magnifiquement salué le travail et le succès de ces élèves du milieu rural que tout le monde associe, malheureusement, à la pauvreté ou à la médiocrité.

 Mais revenons à nos volailles. Notre animateur reprend une explication que quelqu’un lui avait envoyée par courriel et annonce triomphalement le correspondant français de l’incriminé volatile : guinée. Je reste interdite, car j’attendais le mot  pintade. Moi, qui connais tant de mots français, je commence à douter des possibilités de ma mémoire et je me mets à fouiller mes dictionnaires pour repérer ce nouveau mot, en essayant les variantes guinet, guiné et guinée. Mais ces dictionnaires, de très honorables Larousse ou Robert, me renseignent uniquement sur « Guinée », qui est soit un pays soit une monnaie. Je suis inspirée et je consulte le premier dictionnaire roumain-français en ligne et, voilà, je trouve la source probable de la guinée, possible synonyme de pintade. J’examine d’autres dictionnaires franco‑roumains en ligne ou roumano‑français (la graphie roumaino-français semble également être acceptée) et je constate qu’il y en a qui donnent le correspondant pintade, sans pourtant renoncer à guinée, et qui introduisent le syntagme poule de Guinée. Je fais une recherche d’images sur internet et je trouve en effet identité entre pintade  et poule de Guinée. Nulle part quand même identité entre pintade et guinée et, surprise, je découvre une autre volaille que les Français semblent appeler de ce mot : l’oie de Guinée. Les nombreux « œufs de guinée » « pondus » sur internet ou les « oisons de guinée » ne me conduisent qu’à l’oie et non à la pintade.

 En avez-vous assez de ce long morceau de bravoure sur l’identité des gallinacés ou des palmipèdes de la basse-cour ? Patientez, l’histoire continue. Nous connaissons tous la tradition roumaine de casser les œufs de Pâques teints en rouge, en les heurtant l’un contre l’autre. Ce sont surtout les enfants qui s’en amusent beaucoup et ils prennent ce jeu comme un combat où casser l’œuf de son copain représente une grande victoire. Et il y a toujours parmi eux de petits tricheurs qui se servent d’œufs en bois ou en porcelaine pour gagner. Il y a aussi les célèbres œufs de pintade dont la coquille est très dure et qui sont imbattables dans une telle « confrontation ». Cette année, après les Pâques, voulant me faire plaisir, mes élèves ont commencé à me parler « des œufs de guinée » pour me décrire… les œufs de pintade. Ah non, encore cette sacrée guinée ! Ils avaient trouvé le mot dans le même dictionnaire consulté par moi‑même il y avait déjà quelque temps auparavant.

 Et nous sommes revenus ensemble à ces dictionnaires. Pour constater que la guinée est la moins importante des erreurs que ces dictionnaires contiennent. Par exemple, ils ne font pas distinction entre adjectif et adverbe. Pour un mot comme vehement, on n’y trouve que l’entrée véhément  ou la locution avec véhémence. L’adverbe véhémentement, nous l’avons trouvé dans la variante franco-roumaine de ces dictionnaires. Pour les homonymes, une seule entrée. Aucune information sur la classe grammaticale, sur la catégorie grammaticale, sur le niveau de langue, sur le domaine terminologique ou sur la prononciation. Aucun contexte, aucun renvoi. Bref, un brouillon de l’internet qui se donne le nom de « dicţionar » ou de « dictionnaire » et qui représente un vrai danger pour nos élèves. Par propre expérience, je sais qu’il est très difficile de se débarrasser d’une faute de langue, une fois acquise. Mais ça, c’est une autre histoire.

L’important c’est d’attirer l’attention de nos élèves sur le manque de fiabilité de ces dictionnaires, malheureusement de plus en plus accessibles, et de les orienter vers des dictionnaires professionnels, telles les versions papier des grands dictionnaires français ou des dictionnaires édités en Roumanie. S’ils trouvent quand même l’internet plus commode, la variante française du Lexilogos répond très bien à l’intérêt d’un apprenant intermédiaire ou avancé. Pour les débutants, les banques d’images comme celles du CRDP de Bourgogne ou du Picto canadien feront très bien l’affaire.


Publié dans Chasser la faute | Pas de Commentaire »

Titres de civilité, quelle graphie ?

Posté par Constanta-Ecaterina Naidin le 26 mars 2011

 

Ces lignes m’ont été inspirées par la curiosité de deux petites élèves qui ont saisi, dans le corps du texte Boutique ou grande surface figurant à la page 74 du manuel Cavallioti pour les débutants de la VIe, une discontinuité concernant la graphie du mot madame. Dans le même contexte, une salutation, on écrit tantôt Madame, avec majuscule, tantôt madame, avec minuscule initiale.

Après avoir exprimé leur étonnement, mes petites curieuses ont trouvé elles-mêmes une « explication » qui devrait donner à penser aux auteurs et aux éditeurs de ce manuel : elles croyaient que dans le premier cas, madame Delassale, on avait écrit madame avec une minuscule initiale parce que ce mot était suivi du nom de la personne, alors que dans le second cas, Madame Julie, on avait mis la majuscule parce que le mot était suivi d’un prénom.

J’avais remarqué depuis longtemps que ce manuel était plein de Madame ou de madame employés n’importe comment. Je n’avais pas insisté sur ces mots car j’avais apprécié qu’il s’agissait d’une faute typographique qui n’était pas aussi grave qu’une faute de langue. De plus, en fouillant les ouvrages de référence – dictionnaires, grammaires, codes typographiques – j’avais constaté qu’on ne s’était pas mis d’accord sur un emploi unique, les recommandations concernant la graphie de ces mots différant, voire s’opposant, d’un ouvrage à l’autre et, encore, d’une zone francophone à l’autre.

Devant la remarque de mes élèves qui, par hypercorrection, avaient découvert une sorte de logique dans la faute et en avaient même développé une « règle », j’ai décidé de prendre position et de multiplier mes recherches afin de trouver la variante d’écriture de ces mots le plus largement adoptée et recommandée. Après avoir déniché et filtré un bon nombre d’informations puisées dans lesdits ouvrages, après avoir renoncé aux graphies dues à l’histoire de ces mots, comme Monsieur pour le frère du roi ou l’abréviation Mr pour Monsieur, j’ai dressé un classement que j’ai mis à la disposition de mes élèves, en leur conseillant toutefois d’obéir à la règle de bon sens que les spécialistes eux-mêmes respectent : faire un choix et le garder dans l’ensemble du texte. Ce qui n’est pas, malheureusement, le cas de notre manuel.

 Je partage également ce classement avec mes lecteurs virtuels.

Les noms exprimant des titres de civilité ou appellations de convenance, comme madame, mademoiselle, monsieur, s’écrivent en français selon certaines règles et leur forme varie en fonction du contexte. Les ouvrages de référence – grammaires, dictionnaires, manuels de typographie, codes typographiques – recensent trois situations :

1.      Ces mots s’écrivent avec majuscule :

−       lorsqu’ils sont employés dans la correspondance, comme marque de politesse :

Recevez, Madame, l’expression de ma haute considération.

−       lorsqu’ils sont employés pour s’adresser directement aux personnes, comme dans l’appel ou la salutation :

Bonjour Madame Dumas.

Achetez-vous cette robe, Madame ?

−       lorsqu’ils sont employés pour exprimer le respect envers les personnes dont on parle (les employés parlant de leurs patrons, les domestiques parlant de leurs maîtres, etc.) :

Je suis désolée, mais Monsieur ne peut pas vous recevoir.

−       lorsqu’ils sont employés dans le titre d’un ouvrage :

La vie de Madame de Guyon 

Le fils de Monsieur Poirier

Cette dernière règle connaît des fluctuations et il y a des maisons d’édition qui favorisent la minuscule initiale lorsque le mot exprimant la civilité apparaît au milieu du titre de l’ouvrage.

2.      Ces mots s’écrivent avec minuscule initiale :

−       lorsqu’on parle d’une personne, en employant ou non le nom patronymique :

Voulez-vous appeler monsieur Dumas, s’il vous plaît ?

Comment va-t-elle madame votre mère ?

−       lorsqu’on reproduit les paroles d’une personne dans un texte (roman, interview, etc.) même s’il s’agit d’un dialogue :

« Mais, mademoiselle, c’est vous qui m’avez appelé. »

3.      Ces mots s’écrivent sous forme abrégée lorsqu’on parle d’une personne :

−       devant son nom :

J’ai confié cette tâche à Mme Duval.

−       devant son titre, sa fonction :

M. le maire vous attend.

Les formes en abrégé de ces titres sont :

−       pour Monsieur : M. (ne pas oublier le point abréviatif !) ;

−       pour Madame : Mme ou Mme, si on ne peut pas surélever les dernières lettres ;

−       pour Mademoiselle : Mlle ou Mlle ;

−       pour Messieurs : MM. ;

−       pour Mesdames : Mmes ou Mmes.

 

     

  

Publié dans Chasser la faute | Pas de Commentaire »

Les rideaux de tante Adèle

Posté par Constanta-Ecaterina Naidin le 23 janvier 2011

Il m’arrive parfois de dénoncer les fautes d’orthographe rencontrées dans les manuels roumains de français ou dans d’autres documents officiels comme les sujets nationaux d’examen pour la titularisation des professeurs de français. Malgré la réticence de certains de mes collègues, qui considèrent que « trop corriger, c’est décourager », je trouve cette démarche opportune, voire nécessaire, car ces textes sont perçus comme des modèles de bonne pratique professionnelle, justement parce qu’ils sont élaborés à ce haut niveau. Or une faute, si largement et officiellement « diffusée », peut engendrer des effets pervers, comme l’assimilation et la popularisation de ces expressions fautives et, conséquence directe, la pénalisation de ceux qui emploient les formes correctes des structures en question. Si vous suivez ce lien, vous allez voir comment un trait d’union, inséré frauduleusement entre le préfixe anti et le mot théâtre, a été repris et retransmis par les jeunes professeurs de français qui venaient justement de soutenir l’examen national de titularisation. Je crois qu’il sera très difficile pour eux d’employer correctement le trait d’union après ce préfixe, car c’est le plus haut niveau institutionnel qui leur a inculqué cet emploi fautif et nous avons, malheureusement, la tendance de prendre pour de bon tout ce qui vient de la part de ceux qui devraient être des autorités dans tel ou tel domaine professionnel.

Parfois, la faute est moins évidente et elle s’avère difficile à saisir ; son identification réclame un véritable exercice de logique comme dans le cas des adjectifs de couleur qualifiant… les rideaux de tante Adèle, décrits dans le texte Chez tante Adèle du manuel de l’édition Cavallioti pour la cinquième classe (débutants en 1re année d’étude).

Le document ci‑dessous vous présente… toutes les nuances de cette affaire d’orthographe.

 fichier pdf Les rideaux de tante Adèle

Publié dans Chasser la faute | Pas de Commentaire »

Stage de méthodologie pour professeur de FLE

Posté par Constanta-Ecaterina Naidin le 12 novembre 2010

« À nous, Paris! », me suis-je dit ce dimanche 14 février 2010 où, comme un « Rastignac du deuxième sexe et du vingt et unième siècle », la formule employée par Bernard Pivot pour décrire, sur le modèle du héros de Balzac, quelques pauvres fourmis qui voulaient quand même « s’enrichir à tout berzingue », je débarquais dans cette ville ayant l’ambition de m’enrichir des belles sonorités de la langue française. Dans ce but, j’avais choisi le « Stage de méthodologie pour professeur de FLE » proposé par l’École de langues Accord de Paris et j’avais fait de mon mieux pour obtenir une bourse auprès de l’ANPCDEFP (Agence nationale pour les programmes communautaires dans le domaine de l’éducation et de la formation professionnelle) de Roumanie, et ce, en suivant avec attention les informations fournies sur le site de l’agence et en postulant avant le 15 septembre 2009. Et j’ai eu la chance de voir ma candidature approuvée et, de plus, financée de deux sources : Comenius-LLP et FSE-POSDRU.

Ce stage comprenait un très prometteur module portant sur les « stratégies d’apprentissage et d’enseignement de l’oral », un atelier de « culture et civilisation » et des « sorties culturelles » diverses. Pour une passionnée de l’expression écrite du français, comme je m’enorgueillis de l’être, ce séjour culturel au sein de cette école devait pallier mes discontinuités d’expression orale et remédier à la lenteur de mon rythme verbal.

J’étais pour la première fois à Paris pour une période plus longue de… deux heures. Avant, j’avais eu trois fois l’occasion de voir Paris, mais comme j’étais toujours entre deux avions qui devaient m’amener soit au sud de la France, soit au Québec, j’avais dû me contenter de l’admirer de l’aéroport.

Et il m’est arrivé de tout aimer, dès que je suis montée dans la navette me conduisant vers le centre de la ville : la bruine qui tombait dru et qui était mille fois plus douce que le sauvage blizzard que j’avais laissé en Roumanie, le défilé des immeubles qui, chose étrange, me paraissaient bien connus, la petite chambre que ma famille d’accueil avait réservée pour moi dans son superbe appartement haussmannien, les voix qui susurraient autour de moi, caressant mes oreilles de voyelles et de consonnes melliflues que j’essayais de… voir et d’intégrer dans des mots ou des phrases. Eh bien, oui, mes yeux étaient beaucoup plus vigilants que mes oreilles qui, gâtées, imploraient mon regard perçant d’ignorer les fautes d’orthographe que la Ville de Paris avait généreusement parsemées sur les poteaux indicateurs.

Le lendemain, j’allais découvrir l’école Accord. Elle s’est montrée… en accord avec mes attentes : des salles de cours spacieuses et équipées de matériel audiovisuel, une cafétéria dotée de distributeurs de boissons chaudes et froides, un espace cybercafé avec six ordinateurs et accès gratuit à internet, un espace d’études avec une bibliothèque, un personnel souriant et plein de sollicitude. De plus, un choix attentif des activités proposées, issues d’une pédagogie innovante : réflexion sur les pratiques de classe des professeurs stagiaires, analyse des principes de l’approche communicative, analyse des étapes d’une unité pédagogique, observation de classe, réflexion sur le rôle et la place de l’enseignant dans le cadre de l’approche communicative, stratégies d’enseignement et stratégies d’apprentissage au travers d’activités permettant de motiver l’apprenant, didactisation de différents documents authentiques oraux et écrits, distribution de sitographie, « tout en utilisant comme supports pédagogiques des extraits de documents créés par les francophones pour les francophones ». Ajoutez-y les visites guidées et les sorties culturelles et vous aurez le tableau d’un programme de cours très riche. Un peu trop riche, dirais-je, comme un professeur qui aurait voulu renoncer un peu à son statut, s’éloigner des devoirs et flâner à son gré dans les rues, les ruelles ou les venelles de Paris. Heureusement qu’on a eu un formateur très dynamique, M. Laurent Bailleul, qui a conduit en bon pédagogue notre formation, et qu’on a pu confronter nos savoirs et nos expériences professionnelles à des collègues venues de Pologne, d’Italie, de Belgique, de Suède et même de Tanzanie. Elles étaient toutes des bénéficiaires de bourses Comenius, à l’exception de la collègue de Tanzanie qui était arrivée au titre d’un programme de formation spécifique à son pays.

La découverte de Paris nous a été facilitée par les trajets proposés par notre formateur, chacun sur un thème à part : « Le Paris du crime », c’était bien captivant, alors que « Le Paris des étudiants » était instructif et intéressant.

 Nous en avons rapporté plein d’idées pour animer nos classes, beaucoup de matériel pédagogique applicable en classe de FLE, des supports théoriques intéressants et utiles à la fois et… le désir de revenir un jour dans cet établissement pour un autre type de formation et probablement toujours à l’aide des agences Socrates de nos pays.

À bientôt, Paris ! Au revoir, Accord !

 

Publié dans Mes activités | Pas de Commentaire »

1...45678
 

projet robot |
L.DUMON |
Référentiel de Naissance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE
| simao25
| ECO---Blog