• Accueil
  • > Les dix mots de la francophonie

Les dix mots de la francophonie

La Semaine de la francophonie est un événement annuel qui se déroule au mois de mars et qui nous offre l’occasion de valoriser nos connaissances de français et d’affirmer notre attachement aux valeurs francophones.

Cette année, au programme il y a eu la participation, déjà traditionnelle, au Tournoi mondial de français par Internet organisé par l’association Olyfran (Olympi@des du français et de la francophonie) et la réalisation de textes inspirés par les dix mots de la francophonie proposés pour l’année 2010 : baladeur, remue‑méninges, cheval de Troie, crescendo, escagasser, galère, mentor, mobile, variante, zapper.

Après avoir suivi et orienté continûment le travail des élèves et après avoir corrigé leurs copies, nous sommes en mesure de vous présenter les textes que nous avons retenus et que nous trouvons vraiment intéressants du point de vue de la langue.

Concours

Nous sommes un groupe d’élèves inscrits au plus important concours de culture générale organisé par le réseau des collèges de notre département. Pour nous entraîner, notre mentor, et professeur à la fois, s’est mis en tête de nous mettre aux galères. Chaque jour, il escagasse nos cerveaux en nous soumettant à des remue‑méninges spartiates qui vont crescendo et dont le mobile est de nous rendre capables de remporter l’un des prix du concours. Il a enregistré des séries de questions sur le baladeur et nous zappons maintenant d’une variante de réponse à l’autre pour être sûrs de nous-mêmes au moment de la grande compétition, une vraie, où des stratégies rusées, comme jadis celle du cheval de Troie, ne sont ni permises ni possibles. À nous donc, la victoire et la gloire !

Irina-Niculina Tuiu

Élève en VIIe A

Informatique

Andreea-Adelina Cîrstea

Élève en VIIe A

 andreea.jpg

Depuis peu, mon grand-père a troqué les programmes de télévision contre un ordinateur connecté à Internet. C’est pour lui une nouvelle variante de divertir ses longues journées de retraite et il se réjouit maintenant de cette chance qu’il a de zapper entre les sites et d’apaiser ainsi sa curiosité guidée par son esprit baladeur. Le choix de chaque site vient après un long remue‑méninges auquel participent quelques amis de son âge qu’il initie, en vrai mentor, dans les secrets de la toile. Mais voilà que cette même toile affiche aujourd’hui un crescendo d’erreurs qu’il ne peut ni corriger ni stopper. Affolé, pépé appuie les touches, vérifie les branchements et la connexion, relit quelques instructions d’emploi, mais… rien. La toile n’est point du tout sensible à ces mesures et grand-père décide de m’appeler à l’aide pour mettre le holà à cette galère qui risque d’escagasser son cerveau. J’arrive et je constate la présence d’un cheval de Troie insinué malicieusement dans le système. J’installe un pare-feu et voilà papy de nouveau heureux devant sa toile, maintenant mobile !

Printemps poétique

Le printemps, mentor invisible de nos espoirs, se pare crescendo de feuilles et de fleurs, s’insinue dans l’antre de l’hiver, caché dans le filet des rayons du soleil, comme un cheval de Troie baladeur, escagasse les murs de glace et rend mobile toute goutte de vie dotée d’un cœur apte à éprouver la moindre variante de tendresse, d’un cerveau apte à générer les plus subtils remue‑méninges, d’une paire d’ailes aptes à voler…, ou à rêver…, ou à zapper… Parmi les fleurs ? N’importe, vogue la galère !

Sorina Prejbeanu-Tilică

Élève en VIIe A

Stratégie printanière

Denisa Călăraşu

Élève en VIe B

 dscf1206.jpg

Chasser l’hiver, quelle galère ! conclut le printemps qui, ayant pour mobile d’escagasser les murs glacés de son prédécesseur, dut reconnaître l’inutilité du crescendo de ses attaques. L’hiver zappait entre perce-neige et bourgeons comme un baladeur entre rues et boulevards. Le printemps prit alors le soleil comme mentor et, après un long remue‑méninges, ils concoctèrent une dernière variante stratégique : insinuer illico les rayons de l’astre au plein cœur de la forteresse hivernale, comme firent jadis les Grecs avec le cheval de Troie.

Un sportif à poids

Cosmina Ştefan

Élève en VIe B

 dscf1208.jpg

Aucune session de remue‑méninges appliquée aux gens de spécialité ne peut expliquer cette variante de comportement dans le sport : ce footballeur presque obèse reste extrêmement mobile dans le terrain et zappe entre les pieds de ses adversaires comme un baladeur pressé et infatigable.

Ses kilos supplémentaires n’inquiètent pas son mentor, un entraîneur peu traditionaliste, qui en est même très content, car ce sportif massif, qui ressemble plutôt à un rugbyman qu’à un footballeur, est son cheval de Troie glissé à l’intérieur de l’équipe rivale et dont le crescendo des attaques est capable d’escagasser toute résistance et de remporter la victoire au dernier moment. Pour le reste, vogue la galère !

 

Laisser un commentaire

 

projet robot |
L.DUMON |
Référentiel de Naissance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE
| simao25
| ECO---Blog