Limba franceză în România

Posté par Constanta-Ecaterina Naidin le 14 septembre 2013

Am asistat ieri la reuniunea de început de an școlar a profesorilor de limba franceză din județ. După un prim „sejur” în holul din fața sălii – era o sală foarte mică în care nu încăpea toată lumea – am reușit să prind un loc înăuntru, cam pe la jumătatea ședinței, ocazie să aud și, mai ales, să văd și eu informațiile distribuite pe un ecran cu ajutorul unui videoproiector.

N-a trecut mult timp și mi-am dat seama că mai bine rămâneam pe hol, atât de proastă era calitatea documentelor prezentate. Mai mult, mi s-a întărit convingerea că multor profesori ar trebui să li se interzică să mai folosească tastatura, atât timp cât nu învață abc-ul scrierii computerizate, reprezentând o sursă de proaste practici pe care le distribuie în rândul elevilor.

Este incredibil câte libertăți față de limba română își pot lua unii colegi de îndată ce se află în fața unei tastaturi: perechi de paranteze care nu conțin fraze complete, dar apar după punct, urmate de un nou enunț care începe cu majusculă, șiruri aiuritoare de „două puncte” în interiorul aceleiași enumerări orizontale, enumerări verticale care încep cu un element „orizontal”, enumerări verticale ale căror elemente încep când cu majusculă, când cu minusculă, majuscule inexplicabile după semnul „două puncte”, lipsa spațierii (persoana care avea un astfel de document vorbea cu aplomb de „numărul de cuvinte” impus de anumite cerințe la probele de evaluare, ignorând efectul catastrofal al lipsei spațiilor într-un text asupra… numărului de cuvinte), spațiere în exces, ghilimele de toate felurile etc.

Despre limba franceză, ce să mai spun, doar că îmi pare foarte rău că am pierdut zile și nopți din viața mea ca să învăț să scriu corect în această limbă, mai mult, m-am dus până în Canada ca să obțin pentru România medalia de argint a celui mai important concurs internațional de ortografie a limbii franceze, Dictée des Amériques, ca să mă trezesc acum că vin tot felul de „specialiști”, chiar „doctori”, cu autorizare din partea responsbililor din sistemul de educație al acestei țări, să mă perfecționeze sau, și mai rău, să mă evalueze, pe mine și pe alți bieți profesori care, prea tineri sau prea temători, iau de bun tot ceea ce vine din partea acestor „autorizați” ai Ministerului.

Poate de aceea mi-aș dori foarte mult ca autorii acestui document să îmi explice și mie, posibil beneficiar al „științei” distribuite prin acest curs elaborat de MECTS și de „specialiști” ai Ambasadei Franței, secvențele pe care eu le-am subliniat, extrase din cuprinsul acestui material destinat a-i face mai pregătiți (!) pe profesorii de limba franceză din România. Nu voi posta niciun comentariu privind tipul greșelilor, deși ar trebui pentru că, pe lângă greșeli de punctuație, de spațiere, de sintaxă, chiar de morfologie, există și greșeli științifice. Să scrii le verbe(marqueur temporel), lăsând deoparte lipsa spațiului înaintea parantezei, înseamnă să lași a înțelege că verbul este un marqueur temporel, ceea ce este foarte grav pentru „autorii” acestui material, dar mai ales pentru posibilii beneficiari ai acestuia.

Dacă acești „autori” nu înțeleg rostul sublinierilor făcute de mine, știu unde să mă găsească și le voi explica pe îndelete toate greșelile pe care le-am evidențiat, dar și pe cele pe care nu le-am evidențiat, asta pentru că necesitau un comentariu special și ar fi însemnat ca tot proiectul lor să fie compromis.

Ce este și mai curios este că unele diapozitive au fost preluate, cu greșeli cu tot, dintr-un material de pe net care aparține unui autor francez foarte cunoscut. A se compara în  acest sens  pagina 24 a acestui PDF  cu diapozitivul 16 al prezentării noastre. Este inacceptabil ca una și aceeași regentă introductivă să aibă prima subordonată cu verbul la indicativ și pe cea de a doua cu verbul la subjonctiv. Și mai sunt și alte secvențe identice, doar că greșelile apar de data aceasta numai în materialul românesc.

În aceste condiții, mă întreb dacă adevăratul scop al acestor proiecte este perfecționarea profesorilor de franceză din România. Nu s-ar zice, judecând  după calitatea materialelor care li se oferă.

Nu se vor lua în considerare sublinierile roșii ondulate care sunt generate de corectorul automat al suitei PowerPoint și care apar pentru a exprima „revolta” acestui corector în fața unor greșeli de spațiere sau a unor cuvinte pe care nu le recunoaște, aceasta și din cauză că „autorii” nu au selectat limba franceză pentru editare, ceea ce este din nou inexplicabil, având în vedere pretenția acestora de a-i face pe alții mai competitivi la franceză.


Limba franceză în România dans Chasser la faute espacement

re-si-ro dans Chasser la faute

faute-scientifique

non-respect-de-lespacement

guillemets-espacement-chiffres

substantif-au-lieu-de-verbes

indicatif-ou-subjonctif

point-virgule-a-la-fin-dune-enumeration

discontinuite-syntaxique1

fautes-de-toutes-sortes

 

Publié dans Chasser la faute | Pas de Commentaire »

Dictionnaire roumain-français en ligne — un instrument fiable ?

Posté par Constanta-Ecaterina Naidin le 2 mai 2011

Il y a quelques mois, pendant un débat télévisé, un animateur qui parlait du zèle d’un certain ministre, qui voulait établir le montant de l’allocation d’aide sociale en fonction, entre autres, du nombre de volailles qu’un éventuel bénéficiaire aurait pu compter dans sa basse‑cour, s’est amusé en tombant sur le mot « bibilică ». Pour je ne sais quelle raison il a voulu savoir le correspondant de ce mot en français.

 Non, ce n’était pas Mircea Badea, vous connaissez, cet animateur qui parsème son discours de l’inimitable « qu’est-ce que c’est ça ? » et que j’aime tant, non seulement parce qu’il a fait une superbe présentation du succès de mes élèves au concours Olyfran, mais bien plus parce que, parmi tant d’adeptes des anglicismes savamment insérés dans n’importe quel type de communication, lui, il ne cesse d’affirmer sa francophonie, dans son style unique, plein d’humour et d’ironie sur tout ce qu’il analyse de sa « petite table ». Il est dans ma conviction que cet homme de télévision fait la plus grande publicité pour l’étude du français en Roumanie, en éclipsant les efforts de la pléthore des fonctionnaires qui œuvrent dans ce sens. Ça y est, je me devais depuis longtemps cette marque de reconnaissance pour celui qui a magnifiquement salué le travail et le succès de ces élèves du milieu rural que tout le monde associe, malheureusement, à la pauvreté ou à la médiocrité.

 Mais revenons à nos volailles. Notre animateur reprend une explication que quelqu’un lui avait envoyée par courriel et annonce triomphalement le correspondant français de l’incriminé volatile : guinée. Je reste interdite, car j’attendais le mot  pintade. Moi, qui connais tant de mots français, je commence à douter des possibilités de ma mémoire et je me mets à fouiller mes dictionnaires pour repérer ce nouveau mot, en essayant les variantes guinet, guiné et guinée. Mais ces dictionnaires, de très honorables Larousse ou Robert, me renseignent uniquement sur « Guinée », qui est soit un pays soit une monnaie. Je suis inspirée et je consulte le premier dictionnaire roumain-français en ligne et, voilà, je trouve la source probable de la guinée, possible synonyme de pintade. J’examine d’autres dictionnaires franco‑roumains en ligne ou roumano‑français (la graphie roumaino-français semble également être acceptée) et je constate qu’il y en a qui donnent le correspondant pintade, sans pourtant renoncer à guinée, et qui introduisent le syntagme poule de Guinée. Je fais une recherche d’images sur internet et je trouve en effet identité entre pintade  et poule de Guinée. Nulle part quand même identité entre pintade et guinée et, surprise, je découvre une autre volaille que les Français semblent appeler de ce mot : l’oie de Guinée. Les nombreux « œufs de guinée » « pondus » sur internet ou les « oisons de guinée » ne me conduisent qu’à l’oie et non à la pintade.

 En avez-vous assez de ce long morceau de bravoure sur l’identité des gallinacés ou des palmipèdes de la basse-cour ? Patientez, l’histoire continue. Nous connaissons tous la tradition roumaine de casser les œufs de Pâques teints en rouge, en les heurtant l’un contre l’autre. Ce sont surtout les enfants qui s’en amusent beaucoup et ils prennent ce jeu comme un combat où casser l’œuf de son copain représente une grande victoire. Et il y a toujours parmi eux de petits tricheurs qui se servent d’œufs en bois ou en porcelaine pour gagner. Il y a aussi les célèbres œufs de pintade dont la coquille est très dure et qui sont imbattables dans une telle « confrontation ». Cette année, après les Pâques, voulant me faire plaisir, mes élèves ont commencé à me parler « des œufs de guinée » pour me décrire… les œufs de pintade. Ah non, encore cette sacrée guinée ! Ils avaient trouvé le mot dans le même dictionnaire consulté par moi‑même il y avait déjà quelque temps auparavant.

 Et nous sommes revenus ensemble à ces dictionnaires. Pour constater que la guinée est la moins importante des erreurs que ces dictionnaires contiennent. Par exemple, ils ne font pas distinction entre adjectif et adverbe. Pour un mot comme vehement, on n’y trouve que l’entrée véhément  ou la locution avec véhémence. L’adverbe véhémentement, nous l’avons trouvé dans la variante franco-roumaine de ces dictionnaires. Pour les homonymes, une seule entrée. Aucune information sur la classe grammaticale, sur la catégorie grammaticale, sur le niveau de langue, sur le domaine terminologique ou sur la prononciation. Aucun contexte, aucun renvoi. Bref, un brouillon de l’internet qui se donne le nom de « dicţionar » ou de « dictionnaire » et qui représente un vrai danger pour nos élèves. Par propre expérience, je sais qu’il est très difficile de se débarrasser d’une faute de langue, une fois acquise. Mais ça, c’est une autre histoire.

L’important c’est d’attirer l’attention de nos élèves sur le manque de fiabilité de ces dictionnaires, malheureusement de plus en plus accessibles, et de les orienter vers des dictionnaires professionnels, telles les versions papier des grands dictionnaires français ou des dictionnaires édités en Roumanie. S’ils trouvent quand même l’internet plus commode, la variante française du Lexilogos répond très bien à l’intérêt d’un apprenant intermédiaire ou avancé. Pour les débutants, les banques d’images comme celles du CRDP de Bourgogne ou du Picto canadien feront très bien l’affaire.


Publié dans Chasser la faute | Pas de Commentaire »

Titres de civilité, quelle graphie ?

Posté par Constanta-Ecaterina Naidin le 26 mars 2011

 

Ces lignes m’ont été inspirées par la curiosité de deux petites élèves qui ont saisi, dans le corps du texte Boutique ou grande surface figurant à la page 74 du manuel Cavallioti pour les débutants de la VIe, une discontinuité concernant la graphie du mot madame. Dans le même contexte, une salutation, on écrit tantôt Madame, avec majuscule, tantôt madame, avec minuscule initiale.

Après avoir exprimé leur étonnement, mes petites curieuses ont trouvé elles-mêmes une « explication » qui devrait donner à penser aux auteurs et aux éditeurs de ce manuel : elles croyaient que dans le premier cas, madame Delassale, on avait écrit madame avec une minuscule initiale parce que ce mot était suivi du nom de la personne, alors que dans le second cas, Madame Julie, on avait mis la majuscule parce que le mot était suivi d’un prénom.

J’avais remarqué depuis longtemps que ce manuel était plein de Madame ou de madame employés n’importe comment. Je n’avais pas insisté sur ces mots car j’avais apprécié qu’il s’agissait d’une faute typographique qui n’était pas aussi grave qu’une faute de langue. De plus, en fouillant les ouvrages de référence – dictionnaires, grammaires, codes typographiques – j’avais constaté qu’on ne s’était pas mis d’accord sur un emploi unique, les recommandations concernant la graphie de ces mots différant, voire s’opposant, d’un ouvrage à l’autre et, encore, d’une zone francophone à l’autre.

Devant la remarque de mes élèves qui, par hypercorrection, avaient découvert une sorte de logique dans la faute et en avaient même développé une « règle », j’ai décidé de prendre position et de multiplier mes recherches afin de trouver la variante d’écriture de ces mots le plus largement adoptée et recommandée. Après avoir déniché et filtré un bon nombre d’informations puisées dans lesdits ouvrages, après avoir renoncé aux graphies dues à l’histoire de ces mots, comme Monsieur pour le frère du roi ou l’abréviation Mr pour Monsieur, j’ai dressé un classement que j’ai mis à la disposition de mes élèves, en leur conseillant toutefois d’obéir à la règle de bon sens que les spécialistes eux-mêmes respectent : faire un choix et le garder dans l’ensemble du texte. Ce qui n’est pas, malheureusement, le cas de notre manuel.

 Je partage également ce classement avec mes lecteurs virtuels.

Les noms exprimant des titres de civilité ou appellations de convenance, comme madame, mademoiselle, monsieur, s’écrivent en français selon certaines règles et leur forme varie en fonction du contexte. Les ouvrages de référence – grammaires, dictionnaires, manuels de typographie, codes typographiques – recensent trois situations :

1.      Ces mots s’écrivent avec majuscule :

−       lorsqu’ils sont employés dans la correspondance, comme marque de politesse :

Recevez, Madame, l’expression de ma haute considération.

−       lorsqu’ils sont employés pour s’adresser directement aux personnes, comme dans l’appel ou la salutation :

Bonjour Madame Dumas.

Achetez-vous cette robe, Madame ?

−       lorsqu’ils sont employés pour exprimer le respect envers les personnes dont on parle (les employés parlant de leurs patrons, les domestiques parlant de leurs maîtres, etc.) :

Je suis désolée, mais Monsieur ne peut pas vous recevoir.

−       lorsqu’ils sont employés dans le titre d’un ouvrage :

La vie de Madame de Guyon 

Le fils de Monsieur Poirier

Cette dernière règle connaît des fluctuations et il y a des maisons d’édition qui favorisent la minuscule initiale lorsque le mot exprimant la civilité apparaît au milieu du titre de l’ouvrage.

2.      Ces mots s’écrivent avec minuscule initiale :

−       lorsqu’on parle d’une personne, en employant ou non le nom patronymique :

Voulez-vous appeler monsieur Dumas, s’il vous plaît ?

Comment va-t-elle madame votre mère ?

−       lorsqu’on reproduit les paroles d’une personne dans un texte (roman, interview, etc.) même s’il s’agit d’un dialogue :

« Mais, mademoiselle, c’est vous qui m’avez appelé. »

3.      Ces mots s’écrivent sous forme abrégée lorsqu’on parle d’une personne :

−       devant son nom :

J’ai confié cette tâche à Mme Duval.

−       devant son titre, sa fonction :

M. le maire vous attend.

Les formes en abrégé de ces titres sont :

−       pour Monsieur : M. (ne pas oublier le point abréviatif !) ;

−       pour Madame : Mme ou Mme, si on ne peut pas surélever les dernières lettres ;

−       pour Mademoiselle : Mlle ou Mlle ;

−       pour Messieurs : MM. ;

−       pour Mesdames : Mmes ou Mmes.

 

     

  

Publié dans Chasser la faute | Pas de Commentaire »

Les rideaux de tante Adèle

Posté par Constanta-Ecaterina Naidin le 23 janvier 2011

Il m’arrive parfois de dénoncer les fautes d’orthographe rencontrées dans les manuels roumains de français ou dans d’autres documents officiels comme les sujets nationaux d’examen pour la titularisation des professeurs de français. Malgré la réticence de certains de mes collègues, qui considèrent que « trop corriger, c’est décourager », je trouve cette démarche opportune, voire nécessaire, car ces textes sont perçus comme des modèles de bonne pratique professionnelle, justement parce qu’ils sont élaborés à ce haut niveau. Or une faute, si largement et officiellement « diffusée », peut engendrer des effets pervers, comme l’assimilation et la popularisation de ces expressions fautives et, conséquence directe, la pénalisation de ceux qui emploient les formes correctes des structures en question. Si vous suivez ce lien, vous allez voir comment un trait d’union, inséré frauduleusement entre le préfixe anti et le mot théâtre, a été repris et retransmis par les jeunes professeurs de français qui venaient justement de soutenir l’examen national de titularisation. Je crois qu’il sera très difficile pour eux d’employer correctement le trait d’union après ce préfixe, car c’est le plus haut niveau institutionnel qui leur a inculqué cet emploi fautif et nous avons, malheureusement, la tendance de prendre pour de bon tout ce qui vient de la part de ceux qui devraient être des autorités dans tel ou tel domaine professionnel.

Parfois, la faute est moins évidente et elle s’avère difficile à saisir ; son identification réclame un véritable exercice de logique comme dans le cas des adjectifs de couleur qualifiant… les rideaux de tante Adèle, décrits dans le texte Chez tante Adèle du manuel de l’édition Cavallioti pour la cinquième classe (débutants en 1re année d’étude).

Le document ci‑dessous vous présente… toutes les nuances de cette affaire d’orthographe.

 fichier pdf Les rideaux de tante Adèle

Publié dans Chasser la faute | Pas de Commentaire »

 

projet robot |
L.DUMON |
Référentiel de Naissance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE
| simao25
| ECO---Blog